Chansons du temps des Princes

Un spectacle musical de l’ensemble Oneiroï

Autour d’un clavecin, chansons, contes et comptines se parent de couleurs baroques.

Une petite marmite garnie de clochettes qui jouent une mélodie bien connue, une crécelle qui fait danser – creature et objets sonores qui sont un bon prétexte pour faire entendre de la musique baroque aux plus petits. Dans ce conte qui met en scène une princesse un peu trop gâtée et qui veut tout, tout de suite, la question de la vraie valeur des choses est posée, notamment à travers la séparation entre le naturel et l’artifice. Et c’est une question qui se pose d’autant plus aujourd’hui que les jeunes générations sont confrontées en permanence à des sollicitations virtuelles, et que notre société de consommation valorise davantage l’avoir que l’être.

Piste pédagogique

Le spectacle propose également une initiation à l’écoute de différents instruments acoustiques (cordes pincées, cordes frottées, instruments à vent) et bien sûr de la voix chantée, qui permet de raconter des histoires, de traduire des émotions, de jouer un personnage. Cela peut permettre aux pédagogues de tisser ensuite des ponts vers la musique narrative et vers le théâtre musical ou l’opéra. En outre, nous avons conçu la partie musicale de façon à faire entendre clairement les timbres des différents instruments. Ainsi, dans le conte, la viole de gambe est associée à la rose, la flûte au rossignol, le clavecin à la petite marmite mécanique. La proximité physique avec les instruments amène chez les jeunes enfants une expérience sensorielle inédite qui permet un accès privilégié à la musique. A la fin du spectacle, nous proposons en outre aux enfants de faire l’expérience de la musique en mouvement, en les invitant à danser.

Le spectacle peut être préparé ou suivi par un apprentissage de certaines des chansons. C’est donc un bon prétexte pour la pratique du chant, la découverte du plaisir de chanter, le travail de mémorisation et de restitution, l’apprentissage de vocabulaire nouveau, voire même pour aborder les questions d’interprétation, de jeu avec les situations, les personnages.

Enfin, le conte peut permettre également aux enseignants d’aborder une question qui appartient aux objectifs du cycle 1, à savoir celle du vivant. En se demandant en quoi le rossignol est différent de la marmite, on peut s’interroger : Qu’est-ce qui est vivant ? qui n’est pas vivant ? A un âge où les enfants sont encore un peu animistes et où ils apprennent à différencier les graines des cailloux, l’histoire de La Princesse et le Porcher nous conduit à questionner ce rapport au vivant.

Chansons et musiques du spectacle

Chansons :

  • Cadet Rousselle
  • Il était une Dame Tartine
  • Aux marches du palais
  • Trois jeunes tambours
  • A la volette
  • En passant par la Lorraine
  • Nous n’irons plus au bois

Pièces instrumentales :

  • plusieurs variations sur le thème de Ah vous dirais-je Maman – W.A. Mozart

et des extraits du :

 

  • Rondeau “Le Troilleur”, Cinquième Livre de Pièces de Viole – Marin Marais
  • “La Garnier”, Cinquième Ordre – François Couperin
  • “Cantabile” du Concerto RV 428 opus X n°3 Il Cardellino – Antonio Vivaldi
  • Menuet BWV 113 – Johann Sebastian Bach
  • Gigue, Premier Concert des Concerts royaux – François Couperin
  • Premier Tambourin des Pièces de Clavecin en concert – Jean-Philippe Rameau
Distribution
  • Valentine Lorentz, flûte à bec et viole de gambe
  • Myrrha Principiano, clavecin
  • Léna Rondé, jeu et chant
  • Regard extérieur : Sophie Pavillard
  • Costumes : Madeleine Lhospitallier
  • Construction décor : Evald Rondé